• Marion

Deux fauteuils relookés à ma façon

Il s'agissait là d'une vieille obsession aujourd'hui assouvie : relooker un fauteuil !

Cela faisait effectivement très longtemps que cette idée me trottait dans la tête mais passer de l’envie à la réalisation, le pas à faire était immense.

J’admire tellement les artisans qui travaillent le bois ou le tissu pour créer ou redonner vie à des meubles comme les ébénistes ou les tapissiers.

Et puis, pour me lancer, il fallait trouver un fauteuil qui non seulement me plaise mais qui, compte tenu de mon ignorance, ne soit pas trop compliqué à bricoler, l’acheter et se dire, vu le prix, qu’on n’a pas trop intérêt à se planter puis, outils en mains, oser le déshabiller au risque de se retrouver avec un meuble tout abîmé sans être capable de lui refaire une beauté .

Alors on tourne autour du pot longtemps jusqu’au jour où on ose se jeter à l’eau.

J'ai fini par me jeter à l'eau en tombant nez à nez avec ce fauteuil, peu glamour, perdu dans un dépôt vente/brocante près de chez moi.

Je ne saurais pas dire pourquoi mais sa forme trapue m’a tout de suite plu.

Il est confortable (testé in situ), pas trop chargé mais un peu travaillé quand même.

Bref, il m’a semblé que c’était le candidat idéal !

Il faut dire que je n’étais pas seule dans ce délire : mon aînée m’a juste donné le coup de pied aux fesses pour me précipiter de la falaise: « Mais si maman !!! En wax, ça serait une tuerie .... Mais noooon, ça doit pas être bien compliqué, je suis sûre que tu peux le faire et que ça va tout déchirer ... etc »

Me voilà donc à la caisse en train de payer tout en me disant que l’heure était enfin venue de me lancer.

Dès que nous sommes arrivées à la maison, j’ai immédiatement voulu me rassurer (ou pas...) sur la réelle possibilité de déshabiller ce fauteuil.

Clairement, mes filles et moi avons mis beaucoup de temps et d’énergie à retirer les parois latérales ainsi que toutes les agrafes plantées dans le bois.

Ensuite, mon aînée et moi avons poncé tout le bois pour retirer la couche de vernis foncée et tristouille, pour ensuite appliquer de la cire.

Là encore, j’y suis allée à tâtons car la première cire était trop claire. Il a fallu en trouver une autre plus soutenue.

Finalement le grand débat a été de savoir quel WAX mettre. Après de longs palabres, c'est le motif KANELBULLAR qui l'a emporté.

Quant à la méthode utilisée pour recouvrir le fauteuil, j’ai utilisé la méthode dite « à la one again » basée sur du « on verra bien ce que ça donne » ... « vas y, encore deux agrafes et ça ira ».... « tire un peu plus par là »... et « essaie de coincer le tissu là dessous »...

A la toute fin, j’ai collé un galon pour cacher les agrafes visibles.

Franchement, c’est pas nickel chrome comme ça l’aurait été entre les mains d’un tapissier mais bon... il a de la gueule je trouve !

En tous cas, il est toujours aussi confortable !

Et devinez ce que j'ai fait ensuite ? Eh bien, quand j’ai vu que je pouvais déshabiller le premier, je me suis précipitée chez le brocanteur acheter le second pour faire la paire.

J'ai choisi, cette fois ci, le tissu WAX motif ANEMONE.

Les motifs des tissus de chaque fauteuil sont différents mais les couleurs sont assez proches.

Ça fait donc une sorte de ... « dépareillés-assortis » que je trouve plutôt sympa;

C'est toute la magie du WAX qui permet des associations colorées tout en restant élégantes.


Voilà... pour une première tentative de rhabillage (très) amateur, je trouve que le résultat est plaisant.

C’est bien bien loin du travail magique d’un professionnel mais comme disait ma maman : »ça fera bien la rue Michel" !






34 vues2 commentaires

Posts récents

Voir tout